Bonne pratique prometteuse 77:
Formation professionnelle de jeunes en difficultés

PDF

Country: 

  • France

Region: 

France-Comté

Municipality: 

Dole

Contact organisation: 

ECCOFOR Juralternance

8, rue Marie Joseph Jacquard

F-39100 Dole

Tél : 09 80 90 37 05

E-mail : contact@eccofor.fr

Keywords: 

  • création d'emploi
  • Formation professionnelle
  • Mesures d'accompagnement

Duration (start/end): 

Septembre 2013

In progress: 

Yes

Scale: 

  • locale

Context: 

ECCOFOR est une association française déclarée sous le régime de la loi de 1901.

 

Elle vise, dans son objet social, à créer des liens, des réseaux, des lieux d’échange et de savoirs et à proposer des formations pour une plus grande insertion de la société à toute personne qu’elle rencontrera ou qui viendront à elle.

 

Pour ce faire, elle a créé un établissement scolaire technique déclaré aux services déconcentrés de l’Éducation Nationale française.

 

Ainsi, elle accueille des jeunes de 15 à 18 ans issus de différents milieux (jeunes de quartiers difficiles et déscolarisés, jeunes issus des communautés du voyage, jeunes en difficultés scolaires avérées…).

 

Cet établissement est une école de production (selon la labellisation de la Fédération Nationale des Écoles de Production) et a la particularité d’allier une formation technique en conditions réelles de travail avec l’engagement fort de bénévoles du milieu éducatif, cherchant à donner du sens à ce que les élèves vivent en atelier pour renforcer leurs acquis académiques et leurs permettre de reprendre goût à l’apprentissage. La formation se veut personnalisée et s’attache à intégrer des aspects sociaux, culturels pour faire progresser le jeune vers son intégration dans la société.

 

De part ses liens historiques avec l’Association pour la Scolarisation des Enfants Tziganes (ASET) et l’Association Franc-comtoise des gens du voyage (GADGE), l’école de production est particulièrement attentive à accorder des places aux jeunes sédentarisés de la communauté rom, présent sur la communauté d’agglomérations de Dole et ses environs.

 

Pour la promotion 2013/2014, l’école accueille six jeunes dont la moitié de l’effectif est issu de la communauté rom.

Description: 

  • Permettre à des jeunes décrocheurs scolaires et/ou en difficultés familiales et sociales de construire leur projet de vie en société ;
  • Ouvrir des perspectives professionnelles en formant à des métiers en manque de main d’œuvre ;
  • Créer des réseaux d’acteurs engagés pour amorcer une transformation des mentalités en rapport avec la jeunesse désœuvrée, étrangère…

Language of the supporting documents: 

Yes

Langues des documents annexes: 

  • Français

Liste des documents annexes: 

Partners: 

  • gouvernemental
  • local ou régional
  • Société civile, y compris communauté rom

Method used: 

Les étapes :

  • Stage à l’école entreprise entre avril et juin pour valider le projet d’inscription du jeune à l’école pour l’année scolaire débutant en septembre suivant ;
  • Intégration de l’école pour 10 mois (formation pneus et services / formation serrurerie métallerie) ;
  • Suivi continu pendant le passage à l’école et à l’issue.

Le fonctionnement de l’école de production :

  • Ouvertes à tous les élèves de 14 à 18 ans, désirant intégrer une formation manuelle ; la motivation à agir, le respect des règles et des autres sont les seules exigences d’entrée ;
  • Une pédagogie unifiée : un même temps, un même lieu, une même action ;
  • Des écoles aux frais de scolarité réduits, compensés par la production en atelier bonifiée en financement de la pédagogie mise en œuvre ;
  • Un mode de formation professionnelle initiale consistant à la production de commandes aux conditions du marché pour de vrais clients, industriels ou particuliers pour 2/3 temps ;
  • Un enseignement général et professionnel théorique relié directement aux situations de production (savoirs théoriques nécessaires à la maitrise du métier). Les heures en sont réparties tout au long de la semaine ce qui évite les phénomènes de rejet par les élèves et permet une meilleure assimilation ;
  • Le développement des aptitudes comportementales (initiative, sens des responsabilités, travail en équipe, gout du travail bien fait…) qui ne trouve pas sa place dans l’apprentissage en entreprise traditionnelle ;
  • Un cadre pédagogique clair et défini qui permet de mesurer la progression des élèves (la progression ne sera pas linéaire mais avec des avancées, des reculs, des blocages et des seuils) ;
  • Un calendrier scolaire qui laisse une part plus large au contenu qu’au niveau, à la qualité qu’à la quantité ;
  • Un cadre d’apprentissage s’appuyant sur de véritables ateliers outillés et des professionnels;
  • Un maitre professionnel pour 2 à 5 élèves : les enseignements professionnels pratiques et théoriques sont dispensés par le même formateur, issu du milieu professionnel. En fonction des bagages du jeunes, il est plus ou moins encadré et ce de manière à mettre le jeune au centre de son propre développement ;
  • Un autofinancement à 80% via la vente de produits et services ainsi que l’octroi de taxes d’apprentissage dues par les entreprises localement démarchées; Une participation de l’Etat dans sa mission de service public.
  • Un démarchage actif des entreprises du territoire pour bien connaître leurs métiers ainsi que leurs besoins en emplois actuels ou potentiels, dans une relation fondée sur la connaissance réciproque, la confiance, le soutien et le dialogue ;
  • Une cartographie systématique des emplois à pourvoir et des acteurs susceptibles d’en créer (promoteur de nouvelles activités, créateurs d’emplois locaux) ;
  • La mise en place de « conseils de progrès » ou autre appellation (entretien évaluatif et bilan) apparentés aux conseils de classe qui regroupent maitres professionnels, enseignants, l’équipe encadrante, le jeune et sa famille.
  • A la fin parcours, obtention d’un certificat qui indique le niveau de compétences et qui servira de passeport pour entrer dans la vie active ;
  • L’appui recherché  sur des acteurs économiques porteurs d’investissements socialement responsables, avec impact (nombre de jeunes ayant retrouvé la voie de l’enseignement ou de l’emploi).

Le financement :

A l’image des autres écoles de production du territoire, le modèle économique est défini comme suit :

  • 60% issu de la production de biens ou de services;
  • 20% à 30% issu de la Taxe d’apprentissage (+ mécénat/ sponsoring);
  • 10% à 20% issu de subvention du CR pour le financement de la formation professionnelle.

L’école est financée :

  • Par les fonds propres de l’association :

Produits de l’activité économique ;

Dons et mécénat d’entreprise ;

Taxe d’apprentissage

Contributions volontaires (bénévolat, dons matériels…)

  • Par les soutiens publics :

Le conseil régional de Franche Comté dans sa compétence relative à la formation professionnelle ;

La DIRECCTE pour une aide au démarrage ;

La DRPJJ en soutien à l’accueil de jeunes suivis par leur service ;

Les autres collectivités territoriales pour une aide au lancement du projet en 2013 (Grand Dole notamment).

  • Les soutiens privés :

La Fondation de France ;

La fondation Mac Donald ;

La Fondation François D’assise …

Expected results (goals and indicators): 

Étant en première année de fonctionnement, nous effectuons le suivi et procéderons à un rapport d’évaluation sur les points suivants en N+1 : Nombre de jeunes inscrits dans les différentes sections ; Pourcentage de rupture pendant la période de formation ; Nombre de jeunes en sorties positives à l’issue de la formation (intégration dans une formation diplômante, accession à l’emploi) ; Développement des accointances sociales et culturelles pour les jeunes (bilan de fin d’année avec les jeunes et les familles pour mesurer les évolutions) Augmentation progressive du chiffre d’affaire de la structure économique, support de la formation professionnelle.

What are the keys to success of this action? : 

  • Reconnaitre les différences et la culture de chacun ;
  • Placer le jeune au cœur du projet ;
  • Impliquer les familles ;
  • Conscientiser la population (chefs d’entreprise, pouvoirs publics, grand public…).

What were the main difficulties encountered?: 

  • La reconnaissance de la formation professionnelle ;
  • L’adéquation entre les volontés en termes de développement et les possibilités économiques.

What would you recommend to those carrying out a similar action?: 

  • Se rapprocher très tôt des institutions publiques pour obtenir les soutiens nécessaires pour mener à bien l’action.

Diffusion resources: 

  • publication ou rapport
  • site Internet
  • autre