Bonne pratique éprouvée 52:
AMELIORER L’ETAT DE SANTE DES COMMUNAUTES ROMS EN EUROPE CENTRALE ET ORIENTALE GRACE AUX MEDIATEURS DE SANTE.

PDF

Pays: 

  • Bulgarie

Municipalité: 

SOFIA

Organisme pouvant être contacté: 

 

GlaxoSmithKline

(Partenariats communautaires: Bulgarie, Roumanie, Hongrie et Slovaquie)

 

Rositsa Ivanova,

Secrétariat du Conseil national pour la coopération sur les questions ethniques et d'intégration

 

Conseil des Ministres

République de Bulgarie

tel: +  359 2 940 36 22; portable 0889 50 19 18

fax: + 359 2 940 21 18

e-mail: Rositsa.Ivanova@government.bg

Mots clés: 

  • médiateur sanitaire
  • participation

En cours: 

Oui

Dimension: 

  • transnationale

Contexte: 

Public cible : les communautés roms de Bulgarie (7,7 % – 9,6 %), de Hongrie (3,9 % – 5,9 %), de Roumanie (6,7 %) et de Slovaquie (6,6 % - 7,4 %) – selon l’OMS, les 4 pays avec le pourcentage relatif le plus élevé de communautés en Europe.

Dans certains pays, la profession de médiateur de santé commence seulement à être reconnue par les institutions, mais pas encore par les citoyens.

Description: 

Accélérer l’amélioration de la situation et de l’éducation sanitaires des communautés roms en Bulgarie, Hongrie, Roumanie et Slovaquie en soutenant directement les ONG locales, en encourageant leur coordination et leur partage de meilleures pratiques. Travailler avec les institutions sanitaires locales pour s’assurer de la reconnaissance et de l’intégration des médiateurs de santé dans un cadre juridique et de l’institutionnalisation de leur profession. Collaborer avec les gouvernements des Etats membres de l’UE afin d’élaborer de nouvelles politiques destinées à soutenir la désignation d’un médiateur de santé rom, et d’obtenir un financement au titre du budget de l’UE pour veiller à la viabilité et à l’autonomie de ce projet.

Partenariats: 

  • gouvernemental
  • Société civile, y compris communauté rom
  • autre

Méthode suivie: 

Le programme européen regroupe les échanges de meilleures pratiques entre des ONG et institutions de 4 pays grâce à des vidéo-conférences régulières et des rencontres en face-à-face annuelles. Les approches régionales sont toutefois adaptées aux spécificités du pays et à la nature du travail des diverses ONG.

En Bulgarie, par exemple, le Réseau national des médiateurs de santé alloue les fonds injectés dans le projet par GSK au recrutement annuel de 15 médiateurs de santé frais émoulus des facultés de médecine bulgares, pour la durée du programme.

  • Ces nouveaux venus travaillent en collaboration avec leurs homologues plus chevronnés des NGO et acquièrent de l’expérience.
  • Par la suite, ils sont intégrés au sein de l’ONG (ils sont officiellement nommés par la municipalité qui dispose d’un budget réservé à cet effet et approuvé par le ministère de la Santé) et 15 autres médiateurs rejoignent le programme GSK.
  • C’est à ce jour l’une des grandes réussites du projet en Bulgarie – une viabilité garantie par l’expansion continue du réseau et la coopération des institutions sur tous les plans.

Etapes de ce processus:

  • Le Réseau national des médiateurs de santé a été constitué en 2007 et, dans un premier temps, n’avait aucun lien avec les municipalités.
  • En 2010, une épidémie de rougeole touchant principalement les communautés roms de Bulgarie a été à l’origine d’une initiative de GSK en faveur de la santé et de la vaccination en Bulgarie, laquelle a demandé la coopération de l’ONG afin d’aider ces groupes vulnérables et d’endiguer l’épidémie.
  • Cette étape a permis d’établir un contact et un partenariat entre l’ONG et les diverses municipalités, les services régionaux d’inspection de la santé (faisant partie du ministère de la Santé), les médecins généralistes et autres instances locales.
  • En 2011, devenue un partenariat entre GSK et l’UE, cette initiative a bénéficié d’un financement supranational pendant la durée du programme.
  • Depuis, 15 nouveaux médiateurs de santé sont formés chaque année dans les facultés de médecine. A l’issue de cette formation, ils demeurent au sein de l’ONG, en raison de la viabilité garantie par la coopération des institutions.
  • Le travail des médiateurs de santé consiste notamment à rédiger des rapports mensuels, à partager les meilleures pratiques aux plans national et supranational.

 

Moyens techniques: 

4

Moyens humains: 

5

Quelles sont les clés de la réussite de cette action ?: 

Mobiliser les institutions et échanger les meilleures pratiques entre pays.

 

 

Quelles ont été les principales difficultés rencontrées ?: 

Un faible niveau d’instruction au sein des groupes vulnérables, y compris chez les médiateurs de santé (grammaire, communication)

 

 

 

Quelles recommandations feriez-vous à des porteurs d’action similaire ?: 

Adopter une approche collaborative et se concentrer sur la viabilité. Faire en sorte que ce soient désormais les gouvernements et non plus les ONG qui assurent la prise en charge financière des médiateurs de santé.

 

Moyens de diffusion de l’action: 

  • publication ou rapport
  • site Internet