Bonne pratique 79:
EUROMA (RESEAU TRANSNATIONAL EUROPEEN POUR L’INCLUSION DES ROMS)

PDF

Pays: 

  • Espagne

Municipalité: 

Madrid

Organisme pouvant être contacté: 

Unité administrative du FSE (UAFSE)

Ministère du Travail et des affaires sociales

c/Pio Baroja 6

(28009 Madrid)

Tél. : +34 913631813

E-mail : olga.Robles@meyss.es

 

Secrétariat technique : Fundación Secretariado Gitano

E-mail : info@euromanet.eu

Durée (début/fin): 

2007/2015

En cours: 

Oui

Contexte: 

L’incidence de la question des Roms en Europe – minorité ethnique la plus importante en Europe – s’est accrue avec l’entrée de nouveaux Etats membres (en particulier la Roumanie et la Bulgarie), avec l’importance politique de cette question en Espagne (deuxième pays d’Europe en termes de population rom) ainsi qu’avec la reconnaissance officielle par la COMMISSION de l’UE et par l’UNITE ADMINISTRATIVE espagnole du programme ACCEDER en tant que bonne pratique financée par le FSE et par la Fundación Secretariado Gitano (FSG). Cette incidence accrue est avant tout ce qui a déclenché la création du réseau.

Toutes les références juridiques (Règlements FS et Agenda social 2005-2010) ont mis l’accent sur la promotion de la cohésion sociale, notamment en favorisant l’inclusion des groupes défavorisés et en luttant contre toute forme de discrimination fondée sur l’origine ethnique.

Ainsi cette initiative a-t-elle été lancée par le Gouvernement espagnol (Unité administrative du FSE) et par la Fundación Secretariado Gitano en 2007 dans le but de promouvoir l’utilisation des fonds structurels en faveur de l’inclusion des Roms.

Les membres sont des administrations publiques (unités administratives et points de contact nationaux) de 12 Etats membres de l’UE (Bulgarie, République tchèque, Finlande, Grèce, Hongrie, Italie, Pologne, Portugal, Roumanie, Slovaquie, Espagne et Suède).

 

 

Description: 

Principaux objectifs :

- Partager des IDEES, des PRATIQUES et des STRATEGIES INNOVANTES grâce au FSE

- Tirer des enseignements des EXPERIENCES et des SAVOIR-FAIRE afin de les adapter au contexte des différents Etats membres

- DIFFUSER les bonnes pratiques et les INTEGRER aux programmes opérationnels et aux politiques concernées.

 

Principales activités du réseau :

  • Transmission et échange d’informations : bulletins électroniques et sites web

Apprentissage mutuel et partage des approches : partage des approches, identification et transfert des expériences, création d’un forum dédié à l’organisation et à la gestion des projets, développement de produits communs et transversaux

  • Création d’une équipe d’experts
  • Groupes de travail thématiques chargés de traiter les questions transversales
  • Evaluation de l’égalité des chances entre femmes et hommes
  • Visites sur site pour découvrir des projets et des expériences
  • Etudes thématiques
  • Séminaires destinés à la diffusion et à l’intégration
  • Participation en tant que branche technique à des sommets de l’UE sur les Roms

Documents complémentaires disponibles : 

Oui

Méthode suivie: 

Organes opérationnels :

  • Un comité de gestion (organe décisionnel)
  • Des groupes de travail (emploi, éducation, inclusion sociale)
  • Un secrétariat technique (géré par la Fundación Secretariado Gitano)

 

Le comité de gestion, responsable en dernier ressort des décisions concernant la participation et les actions du réseau, exerce les fonctions suivantes :

  • publication régulière de lignes directrices et de directives sur les opérations et les actions du réseau mises en œuvre en son sein ;
  • planification et établissement du calendrier des actions menées par le réseau ;
  • choix des représentants à différents niveaux participatifs du réseau ;
  • suivi et évaluation des actions ;
  • prise de décision concernant la gestion des dépenses pour les actions entreprises conjointement avec les pays participants ;
  • prise de décision par consensus et, si cela n’est pas possible, à la majorité, chaque Etat disposant d’un vote ;
  • après chaque réunion du comité, rédaction par le secrétariat technique du procès-verbal officiel ;
  • tenue de conférences thématiques : dans le cadre des réunions du comité de gestion, le réseau organisera des rencontres spéciales pour examiner et analyser des questions sectorielles ou transversales touchant l’inclusion sociale de la communauté rom.

 

Dans le cadre de l’apprentissage mutuel et en fonction des intérêts exprimés par les membres du réseau, trois groupes de travail ont été créés (emploi, inclusion et éducation) dans le but de partager des approches communes sur des questions telles que : infrastructures, santé, protection sociale, égalité des chances, immigration, égalité des sexes, emploi, activité indépendante, formation professionnelle, accès à l’enseignement primaire, prévention de l’absentéisme et de l’abandon scolaire, aide aux études supérieures.

 

Cette méthode a contribué à trouver de meilleures approches et à échanger des expériences.

Moyens techniques: 

4

Moyens humains: 

4

Quelles sont les clés de la réussite de cette action ?: 

Le volume des fonds investis en faveur des Roms est en nette augmentation. Les Roms sont plus visibles dans les programmes opérationnels, principalement dans le FSE.

 

De nouveaux mécanismes de coordination et modèles de gestion sont élaborés dans le cadre du développement de programmes opérationnels régionaux et nationaux.

 

La participation de la société civile, en particulier des Roms, s’est améliorée (consultation sur la conception des projets, mise en œuvre, représentation aux comités de suivi).

 

Les questions liées aux Roms sont intégrées plus systématiquement à l’ordre du jour FS des Etats membres et des institutions de l’UE.

 

Des approches ciblées en faveur de l’inclusion des Roms sont intégrées et des résultats positifs sont observables dans plusieurs contextes nationaux et locaux.

 

Un certain nombre de projets ont produit d’importants résultats fondés sur des faits et contribué à générer des informations, des méthodologies et des savoir-faire.

Quelles ont été les principales difficultés rencontrées ?: 

Ecart fréquent entre planification et mise en œuvre, celle-ci ne réalisant pas les objectifs visés.

 

Capacité médiocre de direction et de gestion, d’où des résultats limités.

 

Manque de données précises, d’où la difficulté de fournir des résultats démontrables et de mesurer l’efficacité.

 

 

Inefficacité des modèles de gestion et faiblesse des mécanismes de coordination entre les différents départements au niveau vertical et horizontal.

 

Inadéquation des cadres institutionnels dans la majorité des cas, d’où des résultats médiocres.

Manque de réelle participation de la communauté rom dans la plupart des projets.

 

Manque de responsabilité de la part des gouvernements, en particulier au niveau local.

 

Difficultés de mise en œuvre liées à des changements de politique, à des retards sur le calendrier prévu, à un manque de cofinancement, etc.

 

Quelles recommandations feriez-vous à des porteurs d’action similaire ?: 

Lier programmes opérationnels et stratégies nationales d’intégration des Roms.

 

Encourager des approches intégrées permettant d’inclure les Roms dans les programmes opérationnels.

 

Garantir que la population rom bénéficie de programmes ordinaires tout en prévoyant des actions spécifiques à son intention pour surmonter les désavantages.

 

Appliquer une approche territoriale et micro-territoriale aux programmes opérationnels.

 

Intégrer le principe horizontal de non-discrimination.

 

Impliquer les parties prenantes dans le processus de planification des programmes opérationnels.

 

Exploiter les informations et les rapports déjà disponibles sur la situation de la communauté rom, et promouvoir leur renouvellement.