Bonne pratique éprouvée 21:
IL DADO (le Dé): En route vers l'autonomie / coopérative d’habitants accueillant des familles roms provenant de campements non autorisés situés dans Turin et ses environs

PDF

Pays: 

  • Italie

Région: 

PIEDMONT

Municipalité: 

SETTIMO TORINESE

Organisme pouvant être contacté: 

Terra del Fuoco

Corso Trapani 91/B

10141 Turin (TO)

T : +39 011 3841076

F : +39 011 3841031

M : info@terradelfuoco.org

W : www.terradelfuoco.org

 

Città di Settimo Torinese

Piazza Libertà 4

10136 Settimo Torinese

T : +39 011 8028243

F : +39 011 8007042

M : sindaco@comune.settimo-torinese.to.it

 

 

Mots clés: 

  • légalisation de terrains
  • médiateur pour l’emploi
  • participation
  • programme d’enseignement

Durée (début/fin): 

2009

En cours: 

Oui

Dimension: 

  • locale

Contexte: 

Environ 2 400 personnes appartenant aux groupes ethniques rom et sinti vivent actuellement sur le territoire de la Ville de Turin ; 450 autres vivent dans la province. Les quatre campements autorisés à Turin accueillent quelque 900 personnes (770 selon les estimations officielles, auxquelles il faut ajouter un certain nombre de personnes qui y séjournent à titre occasionnel). Les autres sont réparties sur une dizaine de zones d’habitat spontané, dont certaines de dimension assez importante. Une grande partie des résidents des campements non autorisés sont de nationalité roumaine. La population est composée à près de 50 % de mineurs. L’indigence dans laquelle ils vivent, dans un environnement dégradé et insalubre, et l’avilissement social qu’ils subissent avec leurs familles les plongent dans une marginalisation dont il est presque impossible de sortir.

Terra del Fuoco et d’autres associations réalisent des actions de médiation sociale et culturelle et d’assistance sociale dans ces camps. Depuis 2007, Terra del Fuoco met tout en œuvre pour dépasser la logique de « campements », à commencer par des projets pilotes comme IL DADO, mené à bien avec l’appui et le concours de la Ville de Settimo Torinese et le soutien financier de la Province de Turin et de fondations privées.

 

Description: 

IL DADO est une coopérative d’habitants située à Settimo Torinese, près de Turin. En 2008, la Ville de Settimo Torinese a confié à Terra del Fuoco la gestion d’un bâtiment dont la structure était en très mauvais état, en chargeant l’association de sa rénovation. Les travaux ont été effectués par le premier groupe de résidents, un groupe de quatre familles roms provenant des campements dans lesquels l’association intervient, en appliquant des techniques d’autorécupération sous la direction du personnel de The New Citizenship et d’un maçon professionnel. « Il Dado » est l’une des premières expériences en Italie, et la première dans le Piémont, d’un projet d’autorécupération et autoconstruction proposé à des Roms. Comme indiqué plus haut, il s’agit d’une expérience d’émancipation sociale dont le principal objectif est d’aider les familles roms à sortir de la logique des campements non autorisés et à s’engager dans la voie de l’autonomie sociale et économique.

 

Partenariats: 

  • local ou régional
  • Société civile, y compris communauté rom

Méthode suivie: 

Outre le logement au sein de la coopérative, les familles se voient proposer diverses possibilités d’insertion professionnelle, d’intégration des mineurs et d’intégration dans le territoire. Ces offres englobent des cours de perfectionnement en italien, un accompagnement dans l’accès aux services publics – notamment les services sociaux et de santé –, un soutien pour l’obtention de documents et de qualifications (permis de conduire, résidence légale, diplômes éducatifs ou professionnels), l’inscription à des formations professionnelles ou en apprentissage, la recherche d’emploi, etc. Les mineurs bénéficient d’un soutien pour faciliter leur intégration en milieu scolaire, leur participation à des activités sportives et leur insertion sociale. Cette intégration territoriale se fait également par le biais de l’organisation de manifestations publiques au cours desquelles les résidents peuvent rencontrer la population de Settimo. Le passage par « Il DADO » dure en principe deux ans. Passé ce délai, chaque famille bénéficie d’un soutien supplémentaire pour terminer son émancipation. Elle est par exemple aidée lors de l’entrée dans un nouveau logement. Chaque étape est accomplie avec l’appui des médiateurs culturels et des coopérateurs, en coordination avec le personnel de Terra del Fuoco. L’un des piliers du projet est le fait que certains des acteurs sociaux qui travaillent à IL DADO y vivent également, pour tenter de créer une bonne mixité sociale parmi les résidents.

Divers réseaux locaux ont été mobilisés pour appuyer le projet : la Ville de Settimo Torinese et les services sociaux et de santé du secteur, mais aussi des institutions éducatives, les services chargés de l’application des lois et des capitaux privés.

Depuis 2012, la période de base du séjour à IL DADO est réduite de deux à un an. L’objectif est d’accroître la motivation des bénéficiaires, qui doivent considérer leur passage par la coopérative comme une phase de transition (la durée du séjour est cependant toujours redéfinie au cas par cas, en concertation avec les bénéficiaires).

 

Moyens techniques: 

2

Moyens humains: 

5

Résultats attendus (objectifs et indicateurs): 

Comme indiqué plus haut, le projet est financé depuis 2009 par la Province de Turin, qui fournit les moyens nécessaires à la gestion de la coopérative. La Ville de Settimo Torinese accorde la libre jouissance de la propriété. Les coûts initiaux de la rénovation du bâtiment, de même que les coûts de certaines interventions ponctuelles (voir plus loin), ont été couverts par des fonds de la Fondazione Compagnia di San Paolo. Les coûts de la rénovation du bâtiment ont été limités à 160 000 euros grâce au recours à l’autoconstruction. Les coûts de gestion de la coopérative s’élèvent à 45 000 euros par an en moyenne. Ils ont été réduits par l’installation de panneaux photovoltaïques (coût : 60 000 euros). Grâce à ce nouvel équipement, la consommation d’énergie a été réduite de près de 30 % dès la première année.

Quelles sont les clés de la réussite de cette action ?: 

Continuité ; relations stables avec la communauté d’origine des bénéficiaires ; cohabitation des bénéficiaires et des acteurs du projet ; planification en commun des actions individuelles

 

 

 

 

 

 

Quelles ont été les principales difficultés rencontrées ?: 

Obtenir des fonds sur le moyen terme ; assurer la continuité de la présence des intervenants (le travail dans les campements est très exigeant et les intervenants ont tendance à subir le syndrome du burn-out sur le long terme)

 

 

Quelles recommandations feriez-vous à des porteurs d’action similaire ?: 

Commencer par une action à petite échelle afin de tester toutes les phases, puis s’attacher à la reproduire ailleurs plutôt que de passer à une échelle supérieure ; avoir d’emblée une stratégie de différenciation des sources de financement ; faire en sorte d’établir des relations stables et productives avec l’administration locale ou d’autres organisations de la société civile.

 

 

 

Moyens de diffusion de l’action: 

  • publication ou rapport
  • autre