Bonne pratique éprouvée 24:
L’école primaire de Spišský Hrhov : un exemple de bonne éducation

PDF

Pays: 

  • Slovaquie

Municipalité: 

SPISSKY HRHOV

Organisme pouvant être contacté: 

M. Peter Strázik

Directeur de l’école primaire

Spissky Hrhov

Komenského 2, 053 02 Spišský Hrhov

www.skolahrhov.sk

Tél. : 053 459 2216

 

Administration :  Tél. : 053 469 9398

 

E-mail : ucitel@zsshrhov.edu.sk

 

E-mail :   skola@zsshrhov.edu.sk

Mots clés: 

  • déségrégation
  • école primaire
  • enseignant
  • formation
  • scolarisation

En cours: 

Oui

Dimension: 

  • locale

Contexte: 

L’école primaire de Spišský Hrhov, avec école maternelle, est un établissement scolaire rural entièrement sous tutelle de l’Etat dont la langue d’enseignement est le slovaque. L’école comporte neuf niveaux d’enseignement et, conformément à la Classification internationale type de l’éducation (CITE), offre chaque année une éducation primaire à quelque 270 élèves et, dans son école maternelle, une éducation préprimaire à 60 élèves. L’école propose un enseignement de niveau primaire et secondaire (de 6 à 16 ans), ainsi que des activités facultatives telles que sports, jardinage, cuisine, informatique et langues. Le processus éducatif est assuré par 20 enseignants entièrement qualifiés et par un personnel professionnel. Certains parlent romani. Chaque classe compte en moyenne 20 enfants. Deux classes spéciales accueillent les enfants ayant des besoins particuliers et nécessitant une attention particulière (100 % des enfants sont roms).

Sur le nombre total d’élèves, plus de la moitié (51 % exactement) sont d’origine rom, ce qui, dans une large mesure, confère au programme éducatif de l’école un caractère d’inclusion et d’enrichissement grâce à une dimension multiculturelle et à une coopération avec des organisations non gouvernementales et à but non lucratif. Beaucoup d’écoles de la région considèrent la présence d’un grand nombre d’élèves roms comme un élément négatif. L’école de Spišský Hrhov et devenue, au contraire, un exemple positif de coexistence harmonieuse, de coopération et d’élimination des tensions et barrières intercommunautaires.

Description: 

Parmi les priorités de l’école, citons : l’enseignement des langues étrangères, la maîtrise des outils informatiques, le renforcement de la conscience sociale et environnementale, le respect des traditions régionales et populaires, la consolidation des compétences de lecture et un vaste éventail d’activités rarement proposées dans les écoles de la région.

L’accent est mis sur une préparation approfondie à l’apprentissage dans le cycle secondaire. En témoignent aussi les excellents résultats obtenus ces dernières années par les élèves aux épreuves passées dans le cadre du Monitor 9.

Chaque classe de 9e compte un certain nombre d’élèves roms qui non seulement arrivent en fin d’enseignement primaire avec des résultats satisfaisants, mais poursuivent leurs études dans un établissement d’enseignement secondaire ou professionnel de la région. En moyenne, 90 % des enfants terminent le cycle d’enseignement secondaire. Toutefois, 10 % des filles roms ne vont pas jusqu’au bout de la 9e –– dès la classe de 6e ou de 7e, elles tombent enceintes, quittent l’école et obtiennent des prestations sociales.

Dix filles roms qui avaient quitté l’école sont par la suite revenues et ont pu bénéficier d’une seconde chance de terminer leurs études. Elles ont reçu de l’école des livres scolaires gratuits. Quatre autres élèves sont partis avec leurs familles en Angleterre, mais sont revenus en Slovaquie pour réussir leurs examens.

Voici une liste non exhaustive des projets développés à l’école :

 

• « Not-a-test » (pas un test) est une initiative du directeur de l’école pour encourager les élèves à fréquenter la bibliothèque scolaire.

• Des enseignants qualifiés étrangers et des lecteurs venus des États-Unis et de Grande-Bretagne ont aidé les élèves roms à pratiquer la conversation, à utiliser la correspondance et à simuler des situations nécessaires pour voyager et travailler à l’étranger.  Les lecteurs ont également dispensé des cours à des parents d’élèves.

• Le programme du partenariat pour le développement régional, fonds de développement éducatif pour les Roms (Roma Educational Development Fund, RED Fund), permet de parrainer des élèves roms sélectionnés pour leurs qualités intellectuelles. Il est financé par le donateur et philanthrope américain Jarret Schecter, de New York, connu pour ses activités de soutien aux élèves marginalisés.

• « Let’s Give the Weak a Chance » (donnons une chance aux plus faibles) : grâce à une bourse de la Fondation Orange (3000 euros), un groupe de 50 enfants roms sélectionnés a participé, durant les vacances d’été, à des activités axées sur une meilleure maîtrise de l’anglais.

• Grâce à une bourse octroyée par le British Council dans le cadre du programme Comenius Regio, un lecteur a enseigné l’allemand aux élèves.

• Le projet « Christmas Gathering » (rassemblement de Noël).

Le projet transfrontalier « Let’s Learn about the Slovak-Poland Border Region » (découvrons la région transfrontalière slovaco-polonaise).

• « Get to Know Your Friends » (connaissez mieux vos amis) est un projet de coopération transfrontalière entre la Pologne et la Slovaquie.

• En partenariat avec une école polonaise, dans le cadre du projet « Crafts Gathering » (rassemblement des métiers), quelque 20 artisans de la région de Spiš ont initié des élèves à différents métiers.

 • Le projet « Let’s Teach Children the Traditions of our Forefathers » (apprenons aux enfants les traditions de nos aïeux).

• Le projet « An herbal mosaic – a step for the young toward health » (une mosaïque d’herbes – un pas pour les jeunes vers la santé)

• Les élèves de l’école ont remporté la première place au concours national « Medicinal Plant Olympics » sur les plantes médicinales.

• Avec l’activité scolaire « Tourist Guide Services » (services de guide touristique) et l’aide d’un lecteur de Sandwell College (université de Birmingham, Royaume-Uni), les élèves ont participé à une préparation linguistique et professionnelle intensive au métier de guide touristique dans la région.

• L’après-midi, organisation d’activités dans la communauté « ségrégationniste » de Roškovce, avec le soutien de l’association « People in Need, Slovakia » (gens dans le besoin, Slovaquie).

• Avec des bénévoles de la même association, l’école organise des « journées vertes » (« green days ») pour tous les élèves, notamment dans le but de démontrer l’égalité des gens de milieu ethnique différent et la nécessité de protéger l’environnement.

• En 2008-2009, l’école a participé au projet « An Equal Chance » (des chances égales), qui visait plusieurs objectifs : favoriser l’intégration sociale des élèves roms, réduire le nombre des classes « ségrégationnistes », créer un modèle d’environnement scolaire intégré (inclusif), améliorer l’éducation de qualité et former des travailleurs pédagogiques à la diversité interculturelle.

• Dans le cadre du projet « The World of Bread – Bread of the World » (le monde du pain, le pain du monde), l’école expérimente actuellement des stratégies d’enseignement non traditionnel afin de développer les relations des élèves avec la nature, l’artisanat et les traditions.

• En coopération avec un centre méthodologico-pédagogique, un système éducatif à plein temps a été lancé en faveur d’élèves issus de communautés roms marginalisées.

 

 

 

 

 

Méthode suivie: 

Le directeur de l’école connaît tous les élèves par leur nom, quelles que soient leur origine et leur nationalité, ce qui contribue à l’approche incomparablement personnelle mais aussi à un sentiment d’importance qui renforce chez les élèves la confiance en soi. Cette approche de la direction scolaire a un effet positif sur la résolution des conflits, de toute façon très rares. Les élèves roms n’hésitent pas à aller voir le directeur durant les pauses, sans timidité ni crainte aucune, rassurés de savoir que leurs comportements et leurs problèmes sont acceptés et peuvent être résolus.

 

Cette méthodologie innovante qui associe classes traditionnelles et activités récréatives, impliquant aussi les parents et les ONG pour promouvoir des activités culturelles, s’est généralisée à d’autres villages de Pologne, d’Angleterre (Londres) et d’Ecosse (Inverness).

Pour les élèves, mais surtout pour le personnel de l’école, le climat est remarquablement motivant. Parmi les employés, beaucoup n’hésitent pas à faire gracieusement des heures supplémentaires. Idées et initiatives sont accueillies avec enthousiasme et, en cas de problème, on recherche des solutions au lieu d’essayer de justifier pourquoi les choses ne peuvent se faire.

Preuve de l’attrait et de la popularité de l’école, sa médiatisation sans précédent, tant dans le pays qu’à l’étranger ; ainsi, ces deux dernières années, l’école est apparue 30 fois dans la presse écrite et 20 fois à la télévision, aux actualités slovaques et étrangères.

 

Quelles sont les clés de la réussite de cette action ?: 

La réussite et l’attrait de l’école, tant pour les parents roms que non roms, tiennent essentiellement à la multitude des projets et des activités que mène l’école, soit avec ses propres ressources et de sa propre initiative, soit en utilisant des ressources provenant de divers canaux (dons, bourses, fondations, etc.).

 

De fait, la réussite de cette politique d’intégration repose avant tout sur la motivation et la participation des familles roms. Il en résulte un climat de coopération et de réciprocité qui améliore les relations. Les familles roms participent à la construction de bâtiments et d’appartements, ainsi qu’à des activités sociales (festivals, réunions du soir autour d’un café, etc.). Le recours à des stéréotypes baisse peu à peu dans la société majoritaire.

 

Quelles recommandations feriez-vous à des porteurs d’action similaire ?: 

Les recommandations qu’adresse le directeur de l’école de Spišský Hrhov à d’autres écoles sont les suivantes :

•     Ne pas avoir peur de solliciter le soutien de donateurs en faveur des projets ;

•     Gérer correctement les fonds afin d’obtenir de bons résultats, et d’améliorer l’efficacité et la qualité de l’éducation ;

•     Bien dépenser les fonds en vue d’améliorer les méthodologies et de tester de nouvelles perspectives ;

•     Recruter un personnel adéquat et motivé ;

•     Entretenir de bonnes relations avec les parents et avec la municipalité.

Moyens de diffusion de l’action: 

  • publication ou rapport
  • site Internet