Bonne pratique éprouvée 22:
Intégration sociale des groupes défavorisés, et des communautés roms de la zone métropolitaine de Cluj en particulier

PDF

Pays: 

  • Roumanie

Région: 

Pata Rât

Municipalité: 

Cluj - Napoca

Organisme pouvant être contacté: 

 

Municipalité de Cluj Napoca

Bureau du PNUD en Roumanie

Centre régional du PNUD à Bratislava

 

Tél. +402 64592301

Emilia.botezan@primariaclujnapoca.ro

 

Mots clés: 

  • aires d’accueil
  • déségrégation
  • légalisation de terrains
  • participation

Durée (début/fin): 

2012-2020

En cours: 

Oui

Dimension: 

  • locale

Contexte: 

Malgré les efforts déployés aux niveaux national, européen et international, la plupart des Roms des pays d’Europe centrale et orientale font face à des difficultés diverses. Outre l’exclusion sociale et la discrimination dont ils sont victimes, ils n’ont souvent qu’un accès limité aux services publics et aux sources de revenus légales, et leurs conditions de vie et de logement sont généralement déplorables. À l’instar de nombreux pays de l’ex-bloc communiste, la Roumanie compte une importante population rom, dont le degré d’intégration sociale reste limité : la plupart de ses membres vivent en marge de la société, dans des quartiers isolés aux allures de ghettos.

En Roumanie, la population est confrontée à de profondes difficultés de logement, bien plus importantes que dans le reste de l’UE : 43,3 % de la population serait affectée, contre 20 % en Bulgarie. D’après une étude actuellement menée par Habitat for Humanity et le PNUD, la population rom serait particulièrement touchée par ce phénomène. Or les programmes de logement social nationaux et locaux ne vont pas dans le sens d’une amélioration des conditions de vie des Roms, qui ont une conception de la propriété et des conditions de revenus particulières. Les critères d’éligibilité au logement social privilégient en effet les foyers de taille réduite, instruits et ayant des revenus réguliers. En conséquence, les communautés roms installées en zone urbaine ne sont en général pas concernées par les mesures de logement social mises en œuvre par les gouvernements locaux. Quant aux plans de développement urbains, ils œuvrent effectivement à la régénération urbaine et à la création d’avantages économiques, mais ne sont pas adaptés aux besoins des communautés n’ayant pas titres de propriété officiels.

Cluj-Napoca, l’une des villes les plus dynamiques de Roumanie, accueille une population rom densément répartie : quatre communautés différentes y sont installées dans des logements informels à Pata-Rât, en périphérie de la ville. Les conditions de vie actuelles des Roms dans ce quartier, les réinstallations à venir et le désir des autorités de bâtir une communauté multiculturelle inclusive ont rassemblé des représentants des autorités et de la société civile autour d’une volonté commune : concevoir un aménagement urbain plus participatif et intégré avec pour objectif la mise en place d’un programme viable de logement et d’intégration pour la ville de Cluj, puis son extension à l’ensemble de la zone métropolitaine. Cette approche est du reste la seule qui permette d’aligner les projets de développement économique de la ville de Cluj sur les normes internationales et européennes. Ceux-ci ont déjà le soutien des mécanismes européens applicables, notamment le projet de Pata-Rât qui a récemment été approuvé (p. ex. : le Fonds européen de développement régional (FEDER) a financé un projet d’envergure relatif à la création d’une usine de recyclage et à la réforme de la gestion des déchets).

De fait, le projet de Pata-Rât cherche à rééquilibrer le soutien apporté à Cluj par l’UE en faveur du développement de l’économie et de l’infrastructure : l’objectif est d’améliorer la capacité des acteurs locaux à tirer parti des mécanismes européens pour l’intégration sociale (des populations roms défavorisées), en s’attaquant en l’occurrence à la question du logement des Roms à Pata-Rât. Comme mentionné ci-dessus, les autorités locales de Cluj n’ont qu’une capacité et une motivation politique limitées à dégager des ressources nationales ou européennes pour traiter ce problème. Le projet en question entend « motiver » et mobiliser les autorités locales pour qu’elles mettent en place un processus d’aménagement urbain plus participatif et inclusif qui soit conforme à la stratégie Europe 2020, notamment en développant des capacités axées sur l’intégration sociale.

Enfin, ce projet tient compte du fait, en accord avec la vision de l’UE, que le développement local dans le domaine des affaires et de la justice sociales est un moyen de résoudre le problème. Jusqu’à maintenant, la plupart des interventions en faveur de l’intégration des Roms se sont toutefois arrêtées à mi-chemin et n’ont pas vraiment répondu aux besoins et aux difficultés des communautés concernées. D’autre part, il n’existe aucune synergie régionale ou nationale autour de la question de l’intégration et des modèles de logement car les connaissances et les réseaux ne sont pas partagés.

Description: 

Buts du projet :

  • Renforcer les capacités organisationnelles des acteurs locaux, les communautés roms concernées y compris, et les inciter à se rallier à la vision élargie et aux buts portés par un développement intégré de Cluj, en exploitant les importantes ressources mises à disposition de la Roumanie par l’UE.
  • Servir d’exemple pour les initiatives comparables en Roumanie et dans d’autres pays d’Europe centrale et orientale ou de la CEI ; associer le réseau de développement du programme de Cluj à d’autres réseaux locaux dans d’autres pays (gestion des connaissances).

Objectifs du projet :

  1. Développement collectif des communautés roms (de Pata-Rât) pour renforcer leur participation à la stratégie d’intégration de Cluj ainsi qu’à la planification et à la mise en œuvre des projets s’attaquant à leurs difficultés de logement.
  2. Évaluation participative des capacités des communautés de Pata-Rât et établissement des préférences en matière de politique d’amélioration du logement parmi les différentes options disponibles/possibles.
  3. Donner aux acteurs du développement local plus de moyens d’action et renforcer les partenariats qui les unissent pour monter un dossier présentant un projet de logement qui reprenne les préférences des communautés (cf. ci-dessus) et qui sera inclus dans le plan intégré de développement urbain de la zone métropolitaine de Cluj.

Documents complémentaires disponibles : 

Oui

Partenariats: 

  • local ou régional
  • Société civile, y compris communauté rom

Méthode suivie: 

L’accompagnement local (coaching) entend notamment mobiliser les communautés pour les faire participer à la planification stratégique. À la suite de l’évaluation faite par les accompagnateurs et de consultations avec la Municipalité et les ONG locales, un plan pour les besoins urgents a ainsi été élaboré avec la participation des communautés concernées pour résoudre les problèmes les plus graves ; sa mise en œuvre a déjà commencé.

La méthode d’enquête locale et les questionnaires ont été élaborés en collaboration avec le Centre régional du PNUD à Bratislava. La collecte des données s’est achevée en octobre, et les premières conclusions de l’évaluation participative ont déjà été tirées.

Les conditions nécessaires ont été réunies au niveau local pour le développement d’un projet pilote de logement intégré. Une carte des partenariats a été établie, qui répertorie les partenaires actuels et potentiels (institutions et ONG) ainsi que les domaines d’intérêt commun. Le projet pilote de logement intégré a été mis au point puis signé par le maire de Cluj-Napoca. Enfin, un document de réflexion sur la stratégie d’intégration de la zone métropolitaine de Cluj a été rédigé : il préconise l’intégration sociale des groupes défavorisés et vulnérables dans la zone métropolitaine de Cluj grâce aux ressources locales et aux fonds de l’UE.

Moyens techniques: 

3

Moyens humains: 

2

Quelles sont les clés de la réussite de cette action ?: 

Préparation approfondie des partenariats avec tous les acteurs clés et élaboration d’un premier document de réflexion sur la stratégie pour l’intégration sociale avant le début des interventions.

Responsabilisation des communautés roms pour encourager leur participation.

Evaluation continue et rapports de suivi pour améliorer les objectives et resultats.

 

Quelles ont été les principales difficultés rencontrées ?: 

Mobiliser tous les acteurs concernés et combattre les préjugés sur la minorité rom.

L'absence de guides et outils pour mettre en oeuvre les stratégies.

 

 

 

Quelles recommandations feriez-vous à des porteurs d’action similaire ?: 

Toute intervention en faveur de l’intégration sociale des communautés roms défavorisées devrait être précédée de la conclusion d’un pacte social d’envergure et se fonder sur des stratégies locales intégrées.

 

Moyens de diffusion de l’action: 

  • site Internet