Bonne pratique éprouvée 51:
MEDIATEUR DE SANTÉ

PDF

Pays: 

  • Bulgarie

Municipalité: 

SOFIA

Organisme pouvant être contacté: 

 

Rositsa Ivanova,

Secrétariat du Conseil national pour la coopération sur les questions ethniques et d'intégration

 

Conseil des Ministres

République de Bulgarie

tel: +  359 2 940 36 22; portable 0889 50 19 18

fax: + 359 2 940 21 18

e-mail: Rositsa.Ivanova@government.bg

Mots clés: 

  • médiateur sanitaire
  • participation

En cours: 

Oui

Dimension: 

  • nationale

Contexte: 

Le Gouvernement bulgare participe au processus européen de lutte contre la discrimination et le manque d’intégration.

            La Bulgarie s’est dotée d’un solide cadre institutionnel pour l’intégration des minorités ethniques et, en particulier, des Roms. Le Conseil national pour la coopération sur les questions ethniques et d'intégration, placé sous l’autorité du Conseil des Ministres, est l’organe de consultation et de coordination qui aide le Conseil des Ministres à mettre en œuvre la politique de l’Etat sur les questions d’ethnie et d’intégration. Sont représentés au Conseil tous les ministères et organismes pratiquant une politique horizontale en matière d’intégration des minorités. Le Conseil régional pour la coopération sur les questions ethniques et d'intégration œuvre quant à lui au plan régional.

            La Bulgarie a ratifié la Convention-cadre pour la protection des minorités nationales en 1999 et, depuis 2005, le pays s’associe à l’initiative internationale "Décennie pour l’intégration des Roms 2005-2015".

            La stratégie nationale d'intégration des Roms de la République de Bulgarie (SNIR) (2012-2020), ainsi que le plan d’action, ont été adoptés par le Conseil des Ministres le 5 janvier 2012 et approuvés par l’Assemblée nationale le 1er mars 2012[1].

             La République de Bulgarie est le seul Etat membre de l’UE ayant adopté la stratégie nationale d'intégration des Roms sur décision du Parlement. Cette stratégie a été élaborée conformément au programme national de réforme de la République de Bulgarie (2011-2015), au plan d’action national et à l’initiative "Décennie pour l’inclusion des Roms 2005-2015", ainsi qu’au programme-cadre pour l'intégration des Roms dans la société bulgare (2010-2020) adopté en 2010. Cette stratégie intègre les objectifs et principes de la stratégie sanitaire pour les personnes défavorisées appartenant aux minorités ethniques, 2005-2015.

L’objectif opérationnel de la SNIR en matière de soins de santé consiste à garantir l’égalité d’accès aux services de soins de santé et à des programmes de prévention de qualité.

Pour réaliser ses objectifs, la SNIR doit principalement s’attacher à: garantir l’égalité d’accès aux soins de santé pour les personnes défavorisées appartenant aux minorités ethniques; multiplier le nombre de spécialistes roms travaillant au sein des services de santé; développer la médiation sanitaire et diverses formes de travail pour et dans la communauté (centres médico-sociaux, etc.).

           Les autorités bulgares sont conscientes que les Roms figurent parmi les groupes de population les plus vulnérables, notamment dans le domaine des soins de santé, et elles prennent toutes les mesures requises pour garantir un accès universel à la prévention, au dépistage, aux traitements, aux soins, à l’aide et au soutien pour les personnes issues de la population rom – que ce soit pour des maladies aux conséquences sociales importantes ou pour assurer l’égalité d’accès aux services de soins de santé.

La fonction jouée par le médiateur de santé est celle de passerelle entre les communautés roms et les services médicaux et sociaux ; celui-ci cherche en effet à faciliter l’accès des Roms aux services médicaux et sociaux et à avoir raison des attitudes discriminatoires auxquelles ils sont en butte.

Dans le cadre du programme PHARE, la Commission européenne a fourni au ministère de la Santé, par l’entremise du Conseil national pour la coopération sur les questions ethniques et d'intégration, 23 unités mobiles, dont 5 unités de généralistes, 2 unités de dépistage par fluorographie, 2 mammographes, 3 appareils à ultrasons, 3 laboratoires mobiles, 4 unités pédiatriques et 4 unités gynécologiques.

En 2010, un total de 9 576 examens prophylactiques et de dépistage ont été réalisés dans huit districts du pays. En 2011, 11 465 examens au total ont été menés par les unités mobiles dans neuf districts. Des citoyens bulgares appartenant à des groupes ethniques minoritaires, des personnes à mobilité réduite ou vivant dans des régions reculées, ont été examinés. Lors des tests en laboratoire, on a diagnostiqué des maladies chez plus de 2 353 personnes. Tous les participants diagnostiqués ont été invités à subir des examens plus approfondis et à suivre de nouveaux traitements à l’hôpital.

Les examens médicaux prophylactiques et les tests conduits par les unités mobiles ont été précédés de conférences et de campagnes de sensibilisation. Ils ont été menés par des experts des services d’inspection sanitaire régionaux et les centres médicaux régionaux concernés. Des matériels d’information, brochures et dépliants abordant les problèmes de santé de manière accessible ont été distribués. Les médiateurs de santé participent activement à ce processus.

 

[1]               Journal officiel n° 21 du 13 mars 2012

 

Description: 

Les principaux objectifs de la fonction du médiateur de santé consistent à :

- surmonter les barrières culturelles faisant obstacle à la communication entre les communautés et le personnel médical au niveau local;

- mettre un terme aux attitudes discriminatoires envers les Roms dans les services de santé au niveau local;

- optimiser la mise en œuvre de programmes de prévention au sein de la population rom;

- offrir aux Roms une éducation sanitaire et effectuer un travail social au sein de la communauté;

- effectuer un travail social auprès des groupes de Roms vulnérables.

 

Partenariats: 

  • institutions européennes
  • gouvernemental
  • local ou régional
  • Société civile, y compris communauté rom

Méthode suivie: 

En 2007, grâce aux efforts du ministère de la Santé, du ministère du Travail et des politiques sociales, de la Direction des questions ethniques et démocratiques du Conseil des Ministres et enfin des organisations non gouvernementales œuvrant en ce domaine, 57 médiateurs de santé ont été embauchés dans 30 municipalités sur un budget réservé à cette fin. La politique nationale, clairement définie, vise à institutionnaliser la nouvelle profession de “médiateur de santé”. Celle-ci a été incluse dans l’annuaire national des métiers, de même que son descriptif. 

         En 2006/2007, dans le cadre du programme PHARE 2003 du ministère de la Santé sur le thème “Intégration médicale et éducative des groupes minoritaires vulnérables et en particulier des Roms”, un nouveau programme de formation a été mis au point. Il consiste en un cursus de 150 heures d’enseignement, dont 130 en amphithéâtre et 20 de travail individuel (neuf modules en cinq sessions). Les facultés de médecine des villes de Vratsa et de Plovdiv ont obtenu un agrément pour former des médiateurs de santé. 

        En 2008, 111 médiateurs de santé ont été nommés sur des budgets réservés dans 55 municipalités qui ne comptaient jusqu’à présent aucun médiateur de santé formé. Ce sont les maires de ces municipalités qui ont pris en charge les frais de formation de ces médiateurs. Dix-neuf médiateurs de santé ont été formés à la faculté de médecine de Plovdiv.

         En 2009, 2010, 2011, 106 médiateurs de santé ont été recrutés par 55 municipalités sur des budgets réservés à cette fin. En 2012, 109 médiateurs de santé ont été recrutés dans 57 municipalités sur des budgets réservés.

A partir de 2012, dans le cadre du projet « Initiative en faveur de la santé et de la vaccination prophylactique » une année de formation a été organisée pour 40 nouveaux médiateurs de santé. Vingt-cinq d’entre eux font partie des 109 médiateurs de santé recrutés, et les frais des 15 autres ont été payés pour un an par le projet.

        En mars 2013, 29 nouveaux médiateurs de santé ont obtenu leur diplôme dans le cadre du programme de formation organisé par la faculté de médecine de Sofia et le Réseau national des médiateurs de santé, avec le soutien du ministère de la Santé et du projet „ Initiative en faveur de la santé et de la vaccination prophylactique / Инициатива за здраве и ваксинопрофилактика”. Douze d’entre eux seront recrutés par les municipalités et les 17 autres travailleront dans le cadre du projet jusqu’à la fin de l’année 2013 avant de d’intégrer les rangs des médiateurs rémunérés sur des budgets municipaux réservés.

Quelles sont les clés de la réussite de cette action ?: 

Les médiateurs de santé sont un facteur capital de l'intégration sociale des communautés roms, condition sine qua non d'un développement fructueux et durable de la société bulgare.
L'une des principales clés du succès de cette entreprise est
l'institutionnalisation de la profession. Il faut également des formations solides pour maintenir le niveau de qualification des médiateurs. Le gouvernement fournit des crédits pour cette activité, sur les budgets municipaux réservés.

 

 

Quelles ont été les principales difficultés rencontrées ?: 

Les relations entre municipalités et ministère de la Santé, l'institution compétente chargée de l'éducation et de la prévention sanitaires de la population sont peu satisfaisantes concernant les principales missions du médiateur, soit son engagement à participer à la mise en œuvre de programmes sanitaires nationaux, à la "stratégie nationale d'intégration des Roms de la République de Bulgarie et à la mise en œuvre des politiques régionales de santé.

2. Malgré la formation continue proposée sur un an, le besoin d'améliorer les compétences et d'harmoniser cette activité se fait toujours sentir. Il faut renforcer l'efficacité de la formation et élargir le champ d'action des médiateurs.

3. Les municipalités n'ont pas les moyens de former et de recruter des médiateurs, ce qui serait pourtant nécessaire. La politique gouvernementale en la matière s'appuie toujours sur les budgets réservés

 

 

Quelles recommandations feriez-vous à des porteurs d’action similaire ?: 

Merci de vous reporter à la partie Perspectives et viabilité de l’action sur le long terme

 

 

Moyens de diffusion de l’action: 

  • site Internet